Not all who wander are lost

not all who wander are lost

“Not all who wander are lost”

L’inspiration pour écrire cet article est arrivée très rapidement. J’étais en voiture avec ma petite famille, en route pour aller voir Le Roi lion au cinéma – qui était absolument génial, si je peux me permettre. Et ça en dit beaucoup, car je ne suis pas une grande fan des remakes de Disney en général. Bref, je m’égare. Revenons au sujet. 

« Je ne me connais pas moi-même. Alors comment un étranger peut-il prétendre me connaître ? »

Assise sur mon siège passager, j’ai tourné la tête, et mes yeux ont été attirés par un sticker collé à l’arrière de la voiture que nous étions en train de dépasser. Sur ce sticker, la citation “Not all who wander are lost” était inscrite. En bon français, ça donne : « Ceux qui errent ne sont pas forcément perdus ».

Ce n’est pas la première fois que j’entends cette citation. D’ailleurs, je l’ai parfois utilisée en réponse à des commentaires m’accusant de m’être “perdue”, et de ne plus être la Sandrea qu’ils connaissaient. Ce genre de commentaire me fait toujours sourire, car je ne me connais pas moi-même. Alors comment un étranger peut-il prétendre me connaître ?

La vérité, c’est que j’ai passé ma vingtaine à me chercher. Bon OK, tu sais quoi ? Ce n’est pas vrai. J’ai passé toute ma vie à me chercher. Moi, grande blonde tout maigre à l’école avec mon visage ravagé par l’acné à déjà 10-11 ans. Avec mes pantalons trop courts, que ma mère essayait tant bien que mal de faire passer pour des pantacourts. Avec mon cartable, qui avait appartenu pendant 3 ans avant moi à ma grande sœur. Et avec mes chaussures… ahhh mes chaussures ! Je rêvais d’avoir des Buffalo, pour être comme tout le monde à l’école. J’ai toujours eu cette sensation de ne pas être du même monde, de ne pas avoir ma place. Donc je l’ai cherchée, désespérément, pendant très longtemps. Dans la musique, dans l’art, dans la mode, dans le maquillage, dans un groupe de personnes, et surtout dans une personne en particulier. Ce qui m’a valu un cœur brisé, de nombreuses fois.

« La chaussure ne m’allait pas. »

Ça va paraître ringard, mais tant pis, je me lance : un beau jour, j’ai arrêté de me chercher. Tout simplement. J’ai arrêté d’essayer de me fondre dans la masse, de faire partie d’un groupe, de rentrer dans un moule, de plaire à une certaine personne. C’est à ce moment là que je me suis rendue compte que je n’étais pas du tout perdue. Je regardais juste la carte à l’envers !

Est-ce l’âge qui fait que, dorénavant, je me moque de l’avis des autres ? Est-ce la sagesse des années qui passent qui m’a appris que je n’avais rien à prouver au reste du monde ? Ou est ce que j’ai tout simplement trouvé un bon thérapeute ? Un peu des trois. Mais aussi et surtout, je me suis rendue compte que la chaussure ne m’allait pas. 

En réalité, je n’aime pas vraiment les Buffalo ! Oui, je les trouve cools, elles ont un style dingue sur certaines personnes. Mais tu sais quoi ? Je me préfère avec des escarpins, encore plus s’ils sont signés Dior 😉 Tant qu’à choisir, choisissons bien !

En un seul article, tu vas croire que ma vie tourne autour des pompes… Et je ne te reprendrais pas :p Mon dressing en est la preuve.

« La meilleure façon de se perdre, c’est de se chercher dans les autres. »

Cette peur d’être exclue et cataloguée “pas cool” m’a enfermée dans quelque chose que je n’étais pas. Je me suis vue essayer mille et une chaussures sans jamais trouver la bonne, sans me rendre compte que je n’avais pas besoin de suivre la majorité, et qu’il n’y a rien de plus dépassé que la mode. C’est comme si je m’étais moi-même voilé la face sur qui j’étais pendant toute ces années. La meilleure façon de se perdre, c’est de se chercher dans les autres.

Malgré tout, je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps. Certes, j’aurais été heureuse de me rendre compte de tout ça plus tôt. Ça m’aurait permis de faire de sacrées économies ! (Oui, on parle toujours de chaussures.) 

Mais chaque chose est faite pour arriver en son temps, et je ne serais peut-être pas assise à siroter mon café en te tapant ces quelques lignes si les choses s’étaient passées autrement. Je serais peut-être encore à moitié paumée, carte à l’envers en main. Mais aujourd’hui, je suis fière de le dire : I am out of the woods

Oui, c’est une référence à Taylor Swift.

Suivre:
Partager:

74 Commentaires

  1. 30 novembre 2019 / 10 h 16 min

    J’ai eu un déclic il y a environs 3 ans je penser que pour être bien il fallait se maquiller mètre des talons dés vêtement qui colle au corps et en faite non là où je me sens super bien c’est quand je suis en basket sweat-shirt et sans maquillage alors oui j’aime de temps en temps refaire comme avant mais ce n’est plus ma priorité ! Des bisous !

  2. Lola
    30 novembre 2019 / 10 h 17 min

    Lire tes lignes me fait un bien fou ! Je me suis rendue compte récemment que les gens que je cotoie au quotidien ne me connaissent pas, ou ont du moins une fausse image de moi. Les vrais savent qui on est reellement et nous acceptent, en buffalo ou en escarpin Dior ^^

    Je me retrouve donc aujourd’hui la a t’ecrire. Je viens de finir mes etudes, je cherche un boulot, et je crois que je n’ai jamais ete aussi perdue de toute ma vie ! La on est en plein milieu des bois…

    Qu’est-ce qui est important pour moi dans la vie, qu’est-ce que je veux faire de ma vie, sur qui compter ?

    Merci de te livrer a nous Sandrea, ca m’aide beaucoup a faire le point sur certaines chose ❤

  3. Santia
    30 novembre 2019 / 10 h 19 min

    C’est tres profond ce que tu a écris, j’admire le fait que tu peux parler de tout sa ouvertement, je peux comprendre se genre de ressenti.
    Je ne trouve pas les mots qui peuvent te réconforter mais sache qu’on n’est dans l’émotion avec ton article.

  4. Elodie A
    30 novembre 2019 / 10 h 22 min

    J’aime beaucoup cet article (que je lit avec TS en fond musical 😀), j’ai aussi été comme ça (et je pense que beaucoup de personnes le sont) jusqu’à ce que je réalise que ce qui me faisait sentir le mieux était juste d’être moi avec ma façon de penser et de m’habiller , qu’importe ce que les autres en pensent !

  5. Elise Roger
    30 novembre 2019 / 10 h 22 min

    Très beau message d’acceptation
    Merci beaucoup
    Moi qui est du mal à trouver ma place, tu est une personne qui me donne vraiment envie de me donner à fond pour réussir en se que je crois

  6. 30 novembre 2019 / 10 h 23 min

    Coucou Sandréa 💋 💕, cet article est excellent ! J’aime la façon dont c’est écrit et ça me rappelle tellement mon enfance et surtout mon adolescence… Moi aussi, je voulais être comme les autres, rentrer dans le moule, avoir de beaux vêtements etc… Heureusement que la vie nous assagit et nous change !

  7. Charlotte
    30 novembre 2019 / 10 h 24 min

    Je trouve tes paroles très justes. Dans mon cas, il m’a fallu attendre mes 25 ans pour comprendre que les autres n’avaient pas à dicter ma vie. Une fois compris, j’ai réussi à me trouver, enfin et aujourd’hui je peux le crier haut et fort, je suis heureuse !

    • Noéee
      2 décembre 2019 / 11 h 10 min

      Coucou Sandrea,

      Je te suis depuis des années et c’est bien la première fois que je te laisse un commentaire (j’ai jamais vraiment oser et pris le temps de le faire).
      Je suis tellement contente du changement de direction que prend ta vie professionnelle. L’idée d’ouvrir ce blog est une super idée et le partage que tu proposes est tellement intéressant.

      Tes articles sont très inspirants. Je passe une période difficile avec un mal être intense en lien avec ma vie professionnelle. Lire tes quelques lignes et regarder tes vidéos m’inspire et me donnent des billes pour en faire quelque chose dans ma propre vie.

      J’ai pris un chemin il y a quelque temps, un chemin que je voulais et maintenant que je suis dessus je m’y perds un peu. C’est les sables mouvants, je me questionne, je bouge, je me sens changé mais sans rien contrôler et tout ça est arrivé très violemment. Je lis beaucoup pour comprendre et avancer.

      Et ton blog c’est un peu comme trouver une grande sœur, cette meilleure amie avec qui ont se confier, qui a les propos qui font du bien.

      Merci pour tout ce que tu fais.

      Continue comme ça.

      Tu portes beaucoup sans t’en rendre compte

      Tu es une belle personne.

      Merci…!

  8. Sarah Guillot
    30 novembre 2019 / 10 h 41 min

    Ton article me fais penser à une réplique de Friends, quand Rachel dit « et si je n’ai pas envie d’être une chaussure mais que j’ai envie d’être un chapeau ? » sous entendu « et si je n’ai pas envie d’être ce que les autres attendent de moi ? ». Je personnellement j’ai passé mon adolescence à ne pas m’intéresser aux regards des autres, on m’a dit être bizarre, que je ne rentrais dans aucun moule etc… Et ça m’était bien égal ! Je n’ai jamais rien fait comme tout le monde sauf qu’il y a quelques années je n’en pouvais plus de se décalage et j’ai commencé à me comparer aux autres et c’est là que je me suis perdue (pour le coup j’étais vraiment perdue) c’est seulement depuis quelques mois que je m’affranchie à nouveau très doucement de ce regard des autres, leurs avis, commentaires etc… J’espère pouvoir bientôt comme toi être en accord avec moi-même sans me soucier des autres !

  9. 30 novembre 2019 / 10 h 52 min

    Je pense que je me cherche encore .. je n’est pas une vie exceptionnelle mon mari et militaire donc souvent loin, j’ai très peu d’amis voir pas du tout ( je ne dit pas sa pour avoir de la pitié bien sur ) je vient d’avoir un petit garçon qui a maintenant 1 ans et qui grâce à lui illumine mes journée je suis heureuse mais je ne me connais pas du tout, j’aimerais arriver à me connaître à ne plus avoir peur du regard des gens.. un jours je l’espère. Merci pour ce super article je voulais te dire que tu ma beaucoup aider avec ton article sur la morphologie merci encore 💕🙋🏼‍♀️

  10. Anaïs
    30 novembre 2019 / 10 h 54 min

    Magnifique comme toujours.
    Je pense que cet article va en aider plus d’un(e) moi la première.

  11. Joanna
    30 novembre 2019 / 11 h 02 min

    Encore une fois en te lisant je suis rassurée de voir que malgré les apparences d’assurance assumée qu’on peut laisser voir, il peut se cacher une facette perdue de nous même. Petite et jeune j’étais une fille très réservée et qui avait bcp de succès. Mais les jalousies et méchancetés des autres ont créée chez moi un mal-être. Alors j’ai voulu ressembler à d’autres mais ce n’était pas mieux. Et avec les années j’ai fini par comprendre que je devais m’assumer telle que je suis et ne plus écouter les autres car leurs avis n’étaient pas objectifs, juste méchants et envieux. Je me cherche tjs encore sur certaines choses même dans mon évolution professionnelle. Mais l’important c’est de voir le chemin parcouru et qu’on a su retrouver la bonne route 😉. Continue dans ta lancée !

  12. Mathilde
    30 novembre 2019 / 11 h 07 min

    Cet article est très beau. Je m’y retrouve car je me sens moi aussi souvent pas à ma place; trop intello, trop sensible, mais en même temps trop coquette…
    Bref, merci beaucoup

  13. Christel
    30 novembre 2019 / 11 h 08 min

    Bonjour Sandréa,
    Merci de nous ouvrir ton cœur. Je me retrouve tellement dans tes mots… il m’a fallu 45 ans et deux mariages pour comprendre que pour être heureuse il me fallait être moi et non pas être comme les autres voulaient que je sois. Cela m’a coûté des amis (qui en fait m’en étaient pas), un changement de boulot et un volte face radical… pas facile mais la sérénité m’attendait au bout de ce long chemin tortueux.

    • Ayl
      2 décembre 2019 / 13 h 16 min

      Il m’a fallut 32 ans et deux fiançailles … c’est dur de vivre dans une société où tu es jugée constamment sur ta manière d’être ton apparence …
      Je suis arrivée dans une ville où tout le monde se connaît tout le monde se ressemble et où je sors du lot moi et mon côté fantasque.
      Ça fait un peu mal au cœur de ne pas être acceptée mais ça deviendra ma force je le sais et ça fait du bien ❤️! Merci Sandrea d’être toi car c’est comme ca qu’on t’aime .

  14. Tabet
    30 novembre 2019 / 11 h 08 min

    C’est comme si je me lisais moi même
    Tellement de profondeur et de sagesse
    Cette newsletter ma permis de faire la connaissance dune nouvelle amie que jai plaisir a lire a chaque fois

  15. Léa Subijus
    30 novembre 2019 / 11 h 08 min

    Coucou Sandréa, je me retrouve un peu dans ce que tu décris , j’ai 49 ans , lorsque j’étais au collège je rêvais d’avoir un jean comme les jeunes de mon âge j’ai fini par l’avoir mais bien des années après. Jusqu’à maintenant je me sens toujours un peu à part jamais vraiment acceptée.Je suis d’accord sur le fait qu’on ne se connait pas, on se découvre au fil des années  » moi bien sûr « . Quand j’entends certains dire je le où la connait par coeur j’ai un petit doute! Bisou j’aime bcp la direction que prend ta chaîne

  16. C.
    30 novembre 2019 / 11 h 17 min

    Non je ne pleurs pas, j’ai juste les yeux qui transpirent… sans doute parce que je me reconnais dans ton texte, sauf que mois à 32 ans je n’ai toujours pas réussi a arrêter d’être ce que les autres attendent de moi… je passe le plus clair de mon temps à donner (tu temps, de l’énergie, de l’affection, des cadeaux…) sauf que je ne reçois pas (quand je parle de recevoir je ne pense pas à du matériel mais ne serais-ce que de la reconnaissance ou de l’affection, j’ai juste besoin qu’on m’aime…) je suis consciente que finalement je ne serais jamais mieux servi que par moi-même et mieux aimé que par moi-même et j’essaye de changer mais c’est duuuuur !! changer sa nature profonde…

  17. Marine
    30 novembre 2019 / 11 h 23 min

    Coucou sandrea
    Merci pour cet article magnifique. Je mis retrouve complètement car pendant longtemps j’ai moi aussi essayer d’être là personne parfaite aux yeux de mes amis et de ma famille et de vouloir rentrer dans le moule sauf que quelque chose n’allait pas je ne me sentais pas à ma place et un jour j’ai pris conscience ! Je ne veux pas être cette personne qui doit absolument rentrer dans le moule même si pour sa je dois laisser certaines personnes derrière moi !! Aujourd’hui j’ai 28ans et je suis épanouie et heureuse.

  18. 30 novembre 2019 / 11 h 27 min

    Hello Sandrea ! Dis-toi que tu as la chance de t’être « trouvée » à 30 ans, mois c’était beaucoup plus tard et il y en a encore qui se cherchent toujours 😉 profites de chaque instant et fais comme tu le sens !!! Je t’apprécie énormément et tes post et tes vidéos sont un petit bonheur dans mes journées 😉 Toute la tendresse 🥰

  19. Feriel Bellil
    30 novembre 2019 / 11 h 39 min

    Coucou bravo pour cet article car je crois que tu vas aidé bqs plus que tu ne pourrais croire car se chercher parmi tte ces différents courants et très perturbant pour certains et tt le monde se cherche et je crois que le plus judicieux c de plus se chercher pour s affirmer juste exister pour soi tampi pour les autres. T es qlq un de vrai de sincères et ça rend ce que tu fais encore plus attractif que le paraître gros bisous

  20. Audrey
    30 novembre 2019 / 12 h 13 min

    Bonjour Sandrea,
    C’est tellement vrai ce que tu dis. Pendant longtemps moi aussi je me suis demandée pourquoi je n’avais pas comme les autres mari et enfants ???? Je me torturais la tête à me demander ce qui clochait chez moi. RIEN !!! Nous ne sommes pas tous destinés à être identiques. Pour l’instant je suis plus épanouie depuis que je me laisse porter par la vie. J’apprends à connaître mes véritables envies et besoins et non ce que la société veut pour moi, une femme…
    J’ai beaucoup aimé ton article. Merci beaucoup pour ce partage.
    Kissous 😊😙

  21. Geraldine
    30 novembre 2019 / 12 h 45 min

    Coucou Sandrea,
    Je me suis beaucoup retrouvée dans cet article (grande mince, pantalon qui date, style vestimentaire différent …) A la seule différence que je n’ai jamais voulu entrer dans le moule et trouver ma place au sein d’un groupe. Ça m’était égale. Ce qui fait que je n’ai pas ce besoin d’appartenance. De ce fait , on pense que je suis pas sociable ( je pense surtout que c’est une protection haha). Des fois je prends en compte l’avis des autres mais ma vraie personnalité reprend le dessus…C’est maintenant que j’ai l’impression d’être perdu avec la pression de la société. Après je n’ai que 23 ans c’est peut être pour ça . En tout cas j’espère comme toi me trouver où me retrouver. Je prend mon temps je m’écoute et j’espère que ça me mènera quelque part avec le temps . Merci pour cet article qui a suscité en moi pas mal de réflexion.
    Bisous

  22. ChrisbyChris
    30 novembre 2019 / 13 h 04 min

    Une très belle remise en question qui n’est pas donné à tous, donc chapeau bas ! Et on voit bien que la Sandrea d’aujourdhui est plus épanouie et du coup nous régale aussi 😉 Bise

  23. Marie
    30 novembre 2019 / 13 h 12 min

    Beau message mais surtout vrai. Je suis encore dans ma phase de recherche mais la pointure se précise petit à petit 😂
    Et je me rend compte que plus je me laisse aller, c’est a dire que je ne réfléchis pas à qui je suis, plus j’arrive à savoir ce que je veux, ce que j’aime et qui je suis…
    J’y travaille et ton message va m’aider à y voir plus clair je pense !
    Bisous

  24. Bry Marie Cécile
    30 novembre 2019 / 13 h 16 min

    Coucou, moi aussi à mes 30 ans j’ai eu comme une révélation.
    Jai décidé d’être moi et de penser à moi, de ne plus dire oui à tout et tout le monde pour faire plaisir, pour être dans le « moule »….
    Continue comme ça 💖😘

  25. Audrey G
    30 novembre 2019 / 13 h 22 min

    Bonjour Sandréa, c’est la première fois que je te laisse un commentaire sur ton blog. 😀
    Tout d’abord, j’aime bien ton sens de l’humour ! Tu m’as fait rire à chaque fois que tu es revenu sur le thème des chaussures dans ton article ! 😀
    C’est bien de savoir parler de choses profondes tout en ayant de l’humour. Cela montre que l’on a du recul et de la maîtrise. 🙂
    Tu m’apprends de nouvelles choses et je trouve que ce que tu fais et propose est très beau. J’apprécie ta sincérité et j’espère que tu ne la perdras pas avec la célébrité.
    Oui. « Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux  » référence à Ecclésiaste 3.1

  26. CarolineLF
    30 novembre 2019 / 13 h 53 min

    Quel plaisir de te lire à chaque fois.
    Tu as une façon d’écrire que j’adore. Ce blog est une grande réussite !
    Continue comme ça 😃

  27. jihane
    30 novembre 2019 / 13 h 53 min

    Coucou Sandrea,
    D ton premier article dans le blog, tu nous disais que tu as beaucoup réfléchis avant de te décider à en faire, que tu avais peur des fautes d’orthographe, etc. Laisses moi te dire que tu écris super bien et que tes articles sont pleins de mots très profonds et de quotes. Je suis bluffée 😅
    Peux-être un livre bientôt 🙄?
    Gros bisous !!

  28. Aurélie
    30 novembre 2019 / 14 h 01 min

    Coucou Sandrea, Quel talent je n’aurais pas dit mieux moi-même alors que je comprends tout à fait ton ressenti d’avant et de maintenant mis à part que je n’arrive toujours pas à ne pas être affecté de ce que les gens disent de moi, c’est dingue ça si j’étais au Etats-Unis je te demanderai le nom de ton thérapeute 😉. Merci pour ces lignes c’est très bien écrit et pensé. Gros bisous

  29. Juliette @
    30 novembre 2019 / 14 h 27 min

    y a t il des femmes qui se sentaient bien enfant ?
    J’avais l’impression que oui à l’époque, certaine filles semblait si confiantes… Je ne les vois plus… existaient elles vraiment …?
    Merci pour ton article, j’ai 22 et je suis encore en train d’acheter des millions de différentes chaussures … 😉 Grâce a toi j’ai espoir de trouver la bonne. Celle qui me va. Artiste ou ingénieure ? on verra bien.
    Bon Week end Sandrea

  30. Little light
    30 novembre 2019 / 15 h 25 min

    Bonjour Sandrea,
    Je te suis depuis un petit moment maintenant. Mais je ne commente jamais, je n’ose pas. Mais là c’est un peu différent.
    Je suis une jeune femme de 22 ans et j’ai eu ce déclic il y a quelques mois. J’ai un peu comme toi toujours était à part. Pas pour les même raisons mais je n’ai jamais réussi à trouver ma place dans la foule. Je me sentais « comme une poupée de porcelaine dans un magasin d’éléphants ». Puis j’ai rencontré à 17 ans celui qui est aujourd’hui mon mari. A 18 ans on a habité ensembles, puis en mars 2019 on s’est marié. Ensuite on a essayé d’avoir un enfant. Je suis tombé enceinte et à la première échographie… Pas de bébé. C’était un œuf clair, qui ne voulait pas partir. Il ont du m’opérer. Même sans bébé, c’est un avortement. A ce moment, j’étais vraiment mal. On venait de déménager loin de tout. Je n’avais plus de repères. J’étais seule. Et je me sentais… Perdu. J’ai pris une claque. Et je me suis retrouvée au plus bas. Mais finalement c’est une bonne chose parce que c’est grâce à ça que j’ai eu ce déclic justement. J’étais en train de me perdre dans une vie « parfaite » aux yeux de tous mais qui ne me ressemblais définitivement pas. Parce que je ne suis pas parfaite. Moi je suis celle qui essaye de passer discrètement et qui se casse la figure en faisant un bruit pas possible. Celle qui rie trop fort. Qui s’émerveille pour une décoration et qui passe pour une enfant en permanence. Qui écoute de la country en regardant la pluie tombée. Qui n’a rien de la vision qu’on se fait d’une personne « parfaite ». Je me suis rendu compte que je me suis marié parce qu’il le fallait plus que parce que j’en avais envie (je ne regrette pas du tout mais c’est un coup dur quand tu t’en rend compte) et surtout que j’essayais d’avoir un enfant pour tout le monde sauf pour moi. Parce que la vérité c’est que je ne veux pas d’enfant, pas maintenant. Mes études ce n’étais pas moi non plus. Alors j’ai pris un virage à 180° et j’ai tout changé. Tout sauf mon mari évidemment ^^. J’ai commencé à travailler pour réaliser le projet de mes rêves. Je suis une artiste au fond et c’est ce que je veux faire de ma vie. Rien d’autre. J’ai envoyé balader tout les personnes qui m’ont dit que j’étais mieux avant. Parce qu’avant, ce n’était pas moi. Ce n’étais plus moi. Et je ne regrette pas. Je me sens tellement mieux maintenant. J’ai peur et je ne sais pas si je vais y arriver. Mais je vais tout faire pour. Parce que j’ai enfin trouvé ma voie. Et j’ai enfin compris que c’est ok d’être cette personne qui « erre » si tu n’est pas perdu. Si toi tu sais où tu vas, peu importe le reste. Je ne suis pas celle qu’on voudrait que je sois. Mais je devient celle qui pourra un jour me rendre fière quand je regarderais dans le miroir. Et c’est mieux.
    Je tenais à te dire merci pour ta bienveillance et ta positivité. Tu apporte beaucoup au monde. En tout cas tu apportes beaucoup à mon monde. Tu es comme la grande sœur que je n’ai pas. Merci beaucoup encore une fois.
    Pour finir j’aimerai te partager une de mes citations préférées, celle qui me rappelle qu’il ne faut pas oublier que prendre un virage ou un chemin différent est souvent une bonne idée, surtout quand ton choix est guidé par ton intuition. « Right in front, nobody can go far away… »
    Passe une bonne fin d’année. Et continue d’illuminer le monde. 😊

  31. Derue
    30 novembre 2019 / 17 h 06 min

    Cet article me fait penser à une citation que j’ ai en tête depuis quelque temps
    Il faut parfois se perdre pour se retrouver
    Je ne sais plus d ou vient cette phrase si c est d un livre ou d un film mais je trouve qu elle est incroyablement juste
    Parfois pour se découvrir réellement nous devons passer par des chemins qui ne nous correspondent pas
    Merci pour cette phase philosophique
    Ça pourrait être un très bon sujet de philo
    Vous avez 4 heures

  32. LUCIE
    30 novembre 2019 / 17 h 32 min

    Je n’ai jamais aimé me fondre dans la masse. Depuis que je suis gosse je posais des questions à ma mère comme « pourquoi tu m’habilles en rose ou avec des fleurs? » « Pourquoi on peut pas courir dans la rue? » « Pourquoi je peux pas porter de chaussettes dépareillées? »… bref je posais BEAUCOUP de questions. Tout simplement parce que la réponse ne me convenait pas « parce que c’est comme ça » fatalement je demandais « pourquoi c’est comme ça et la ma mère me répondait ce truc que j’avais jamais compris « parce que ça se fait pas autrement ». Bah oui déjà la réponse n’avait pas de sens:je pouvais le faire mais ma mère m’empêchait.
    En grandissant j’ai du me forcer à rentrer dans le moule…mon dieu comme ce fût désagréable, comme si j’étais sans un t-shirt trop petit. Je devais tout le temps calculer tout pour paraître « normale ».
    A l’adolescence ce fût encore pire, tous ces changements et ces phénomènes de groupes.. et moi qui cherchait ma place sans la trouver car je devais avoir l’air « normale ». Peu à peu je me suis libérer étape par étape, morceau par morceau, du cocon familial qui voulait que je corresponde à une image qu’il avait de moi. Et de la société qui projeter une image que je ne voulais pas. Une femme n’a pas besoin d’être parfaite. Et pourtant c’est que l’on m’avait toujours envoyer comme signal depuis que je suis môme..
    Il fallait marquer cette libération de façon indélébile pour pas faire marche arrière: un tatouage. Mon premier à 19 ans. La libération que j’ai ressentie était telle que je me suis passionnée pour cet art et que je compte recouvrir une grande partie de mon corps. J’ai déjà 12 pièces et un bras quasi recouvert 😉

    Puis la photographie, un moyen de m’exprimer autrement que par mes vêtements et mes maquillages, m’a énormément aidé à devenir « moi ». Un art qui me permet de me plonger dans mon moi profond. De me débusquer dans toutes ces nuées de pensées tristes ou gaies, sombres et lumineuses.

    Je ne me suis jamais sentie mouton, seulement mouton noir. Celle qu’on montre doigt, celle qu’on a harcelé au lycée, celle qui était « bizarre », tout ça parce que la société m’a forcé à rentrer dans un moule qui n’était pas le mien.

    Puis un jour, je crois que c’était devant une série ou un manga que j’adorais, un personnage avait dit cette phrase « a quoi ça sert de devenir quelqu’un d’autre pour être aimer? Le problème reste le même: les gens n’aimeraient pas vraiment qui je suis ». Et là, le déclic. L’évidence tellement grosse que je ne l’avais pas vue. Pourquoi me forcer à correspondre à une image qui n’est pas moi? Pourquoi s’entêter alors que je voyais bien les dégâts psychologiques que ca avait provoqué (peur de l’abandon, scarifications, etc) … je me suis sentie à la fois terriblement idiote et tout d’un coup… sereine. Pourquoi j’avais peur de sortir de ce moule? Je préfère que l’on me déteste pour qui je suis plutôt que m’aduler pour qui je ne suis pas.

    A partir de mes 19 ans, fini les faux-semblants. La langue de bois, l’hypocrisie, ça me gonfle. Ca m’a toujours agacée et ça m’agacera toujours tellement je trouve cela malsain.

    Je me souviendrai de ce jour où je suis revenue chez mes parents. Ma mère aime toujours m’envoyer des gentilles piques sur mes vêtements ou mon maquillage. Une façon de me dire « tu correspond pas à ce que j’aurais voulu ». Ma surprise a été forte quand elle m’a dit « j’aime bien ton maquillage, c’est quelle marque? ». J’ai complètement buggé. J’ai du restée une demi seconde à la regarder avant de lui répondre.

    Le changement est à la fois lent et très brutal. C’est une évolution de l’esprit, de son être profond qui peut prendre des années mais un événement précis peut l’amplifier de façon exponentielle et nous faire sentir bien. Nous confirmer que l’on a le droit d’etre qui nous sommes.

    Je ne considère pas cela comme une errance, car d’une certaine façon je sais où je vais. C’est juste le chemin que je ne connais pas. « Le voyage est souvent plus intéressant que la destination »

    Merci pour ton témoignage Sandrea, ça fait du bien de se sentir moins seule dans ce cas

  33. Sandrine
    30 novembre 2019 / 19 h 07 min

    Ca me rappelle une de nos conversations et promis, plus tu vas vieillir, mieux ça sera et plus on se moque de l’avis des autres ^^
    Bises

  34. Sandra
    30 novembre 2019 / 19 h 24 min

    Je me retrouve tellement dans ce que tu racontes. Ça décrit toute mon adolescence, période que j’essaye d’oublie tant elle me fait souffrir quand certaines images reviennent encore. Je sais que l’on ne devrait pas rabaisser les autres pour se réconforter, mais quand je vois ce que ces personnes méchantes (ça me fait rire, j’ai écouté Mean de TS ce matin, elle m’a beaucoup accompagnée dans mes écouteurs quand j’étais ado d’ailleurs) sont devenues, pour certaines, je me dis que je ne suis pas mieux qu’elles, mais à quoi cela leur a-t-il servi de rabaisser, juger, et de se moquer pour en arriver là où elles sont aujourd’hui ? Est-ce un manque d’éducation? Un complexe d’infériorité ou juste de la méchanceté gratuite? Enfin bref… J’ai vécu en fonction du regard des autres, de ce qu’ils aimaient pour être comme eux mais ça ne m’a jamais rendu heureuse, bien au contraire.

    Aujourd’hui j’ai 23 ans et j’ai encore du chemin mais je me sens évoluer, grandir et je me connais de mieux en mieux. On ne doit la sagesse et la maturité qu’à soit même. Il faut savoir s’écouter pour mieux se comprendre.

    Merci d’avoir partagé encore un petit bout de toi, tu verras que beaucoup se retrouverons dans cet article 💕

  35. Fabienne
    30 novembre 2019 / 19 h 25 min

    J’aime beaucoup te lire. Je te suis depuis bien longtemps et je suis tellement heureuse que ta vie te plaise et que tu sois epanouie. Je me souviens de toi assise par terre devant ton lit avec les stickers oiseaux collés sur le mur de ta chambre. Tu nous confiait tes États d’âme, tes interrogations. Tu es une belle personne Sandrea. Gros bisous. 💜

  36. Olivia
    30 novembre 2019 / 19 h 28 min

    Très bel article plein de respect de soi-même, de courage et de force. Quel exemple qui est entraînant!! Merci 😊

  37. Vdh
    30 novembre 2019 / 20 h 59 min

    Super article ! Émouvant, réfléchi et drôle ^^
    De plus ton article m’a fait réfléchir sur… Qui me connait vraiment ? Qu’elles sont mes motivations dans la vie ? Qu’est ce que je veux faire dans la vie ? Est ce que les études de mode c’est vraiment ce que je veux faire ? Qui sont mes vrais (es) amis (es) ?
    Et bien je n’ai pas la réponse à toutes ses questions. Mais peut être bientôt je l’espère.

    Take care <3

  38. Fiona Rnvl
    30 novembre 2019 / 21 h 26 min

    Tu peux pas savoir comment ce que tu dis me réconforte. J’ai 19 ans et je suis en plein dans l’état je me cherche, qui suis je, etc etc… Ça fait un moment que j’essaye de faire un travail sur moi pour ne plus me focaliser sur le regard des autres mais ça reste encore dure pour moi. Mais ton article me faire vraiment prendre conscience que on s’en fou, je me suis moi, je sais pas exactement qui mais c’est moi. Je fais ce que je veux, m’habille comme je veux, écoute ce que je veux et je reste moi
    Donc juste ça pour te dire un merci 😊 ❤️

  39. Cornélie
    30 novembre 2019 / 21 h 32 min

    Merci sandrea,
    C’est grâce à des personnes et des articles comme les tiens que les jeunes filles de mon âge se libèrent de ce que tu sembles avoir été Prisonnière jusqu’à 30 ans.

  40. Solène
    30 novembre 2019 / 21 h 56 min

    Olalala mais j’ai tellement besoin d’une Sandrea dans ma vie, tu ne peux pas imaginer la douceur et l’importance de tes mots dans chaque article que tu écris, je me surprends à sourire devant mon ordinateur quand tu fais des petites blagues et des fois j’entends même ta voix dans ma tête quand je lis certaines phrases…..serais-je trop addict? Peut-être! Mais j’adore ça car tes vidéos et tes articles sont un échappatoire qui me permette d’oublier tout le reste le temps de quelques instants.
    Je te souhaite énormément de bonheur, prends soin de toi et de ta petite famille Sandrea ♥

    • Amelie
      1 décembre 2019 / 8 h 24 min

      Super article j’ai adoré le lire.ton blog et juste génial je suis une abonnée fidéle de ta chaine et de ton blog aussi maintenant et je voulais juste te dire que tu es génial je t’adore des bisous 😘😘😘😘

  41. 1 décembre 2019 / 2 h 03 min

    Coucou sandrea super contente de lire ce bel article qui nous en apprend un peu plus sur ta personne ton être intérieure tellement fière de faire parti de la communauté d’une personne avec un si bon cœur en te lisant on a un ressenti de tes émotions au cours de cette apprentissage de la vie bref j’adore i love it 😍 bisous bisous la belle sandrea 💚

  42. Aliénor Rondeau
    1 décembre 2019 / 12 h 19 min

    Tu as réussi en un article à décrire et à mettre les mots sur ma « recherche » de qui je suis! Quoi qu’on dise son look, sa façon de se tenir et sa façon de parler prouve tout. Par exemple avant je cherchais toujours à m’habiller « comme les autres » jeans, t-shirt, basket… Puis un jour j’ai dit stop, je suis moi même en jupe, robe et talon. C’est comme ça, c’est moi et peu importe ce qu’on pense.
    Ton blogue est juste génial et authentique! Maintenant je sourie quand j’ouvre ma boîte mail et que je vois ta News letter
    Merci beaucoup d’avoir créé tout ça!

    • Sandrea
      Auteur
      4 décembre 2019 / 6 h 39 min

      Oh! C’est genial! Je suis trop contente pour toi! Et merci de suivre mon blog avec autant d’enthousiasme! Ça me fait tellement plaisir!

  43. Mathilde
    1 décembre 2019 / 12 h 33 min

    Coucou 😊
    Je pense sincèrement que la trentaine est un super cap dans la vie! On commence juste à vivre pour soi et non à travers les autres… c’est ce que je ressens!
    En tout cas, ce blog est formidable et la tournure que prend la chaîne est géniale! Merci beaucoup pour tout ça!
    Très bonne continuation 😘

  44. Azd
    1 décembre 2019 / 12 h 46 min

    Tt est dit y a rien a rajouter sauf que ce message devrait etre lu par certains jeunes car souvent l apparence coute cher aux parents alors qu il suffirait d etre juste bien dans ses fringues meme bon marché ou pas mais sans suivre le mouvements
    Merci sandrea de cette prise de conscience

  45. Cécile
    1 décembre 2019 / 13 h 06 min

    À dire vrai, je pense qu’on se retrouve mieux en prenant de l’âge… On ne se précipite plus comme ça à l’aveugle… On réfléchit mûrement sans se prendre la tête…
    En bref, j’étais mal dans ma peau à l’age de 20 ans et aujourd’hui, je me sens nettement mieux… Tout le monde n’est pas comme ça… Ça dépend de tout un chacun je dirai…
    Très bon article Sandrea…
    Gros bisous à toi 😀

  46. Emilie
    1 décembre 2019 / 14 h 19 min

    J’aime telment lire tes articles il me donne de l’espoir, qu’un jour j’arrive a m’acepter comme je suis et ne plus avoir peur du jugement et du regard. Jai pris du poids a cause d’un traitement. Avant je mettais tout ce que je voulais sans forcement etre a la pointe de la mode mais si une piece me faisait craqué je rentrait dedans. Maitenant c’est pantalon et haut large tout le temps et blouse trop serrer au travail et mes collegue a la pointe de la mode tout le temp. Alors tes video et tes articles me fond du bien, les nouvelles comme les anciennes que de temp en temp par nostalgie je regarde. Bis . Emilie 😉

  47. Sarah Saadna
    1 décembre 2019 / 15 h 07 min

    Incroyable ! Tu en avais déjà parlé sur ta chaîne auparavant -je crois début 2019 ou 2018 – après tu parlais plutôt de ton contenue .
    C’est vrai que tu as ton charme , y’en a pas deux comme toi ! C’est vrai tu t’habilles différemment des autres youtubeuses , j’ai l’impression qu’avec toi on vise le classe , le chic , le sentiment LUXE ! ( ce n’est pas un reproche ,bien au contraire ) !
    Tu montre ta différence et le meilleur dans tout ça ,c’est que c’est tellement géniale ! Si je veux acheter quelque chose je sais où aller maintenant -ta chaîne +ton blog !
    Tu parles de choses utiles parce qu’aujourd’hui les youtubeuses parlent presque toutes des mêmes marques , des mêmes choses c’est lassant par contre j’arrive sur ta chaîne ; je vois que c’est différent je suis super contente !
    On t’aime pour ce que t’es ma Sandrea !

  48. ayamaelle
    1 décembre 2019 / 20 h 54 min

    bonjour Sandrea, j aime beaucoup ton travail, mais quand je te lis sur meltingprocess j ai de la difficulté car l écriture est très petite; je ne sais pas si c’est une contrainte qui peut être corrigée ?
    merci

    • Sandrea
      Auteur
      4 décembre 2019 / 6 h 37 min

      Hello ma belle, tu as uniquement ce soucis sur mon blog? C’est vrai que j’aime écrire petit ^^ Je vais y regarder, merci pour ton feedback précieux!

  49. Laura
    2 décembre 2019 / 7 h 35 min

    Ton texte est très juste.
    Je pense que beaucoup de personne se retrouve dans tes lignes.
    C’est le cas pour moi, je pense mettre détachée de l’attente des autres au début de mes études, mais 6 ans après il reste encore un peu de boulot finalement.
    Merci pour ton partage

  50. Maude
    2 décembre 2019 / 8 h 01 min

    Si jamais, cette magnifique citation nous viens de l’auteur J.R.R. Tolkien (si je ne m’abuse) qui a écrit entre autre l’incroyable seigneur des anneaux. Ton article est vraiment inspirant et incroyable. Cette citation a pour moi une grande valeur (étant fan inconditionnelle de cet auteur) et cet article me touche particulièrement! Merci

  51. Nelly
    2 décembre 2019 / 9 h 50 min

    Magnifique article et surtout très intelligemment rédigé. Bravo! Et je résumerai tout ça en disant : enfin un blog pour les adultes trentenaires, mamans, qui aime se faire plaisir et vivent normalement sans se mettre dans une quelconque case et qui surtout survivent à leurs démons de l’enfance… merci Sandrea !

  52. marie
    2 décembre 2019 / 10 h 26 min

    Je crois qu’on a tous le passage où on veut faire comme les copains/copines pour se fondre dans la masse et faire partie du groupe, puis pour certains vient le moment où au contraire on veut se démarquer, arrêter d’être un mouton (parfois dans l’extrême).
    Je me souviens une sortie en boîte avec une amie, j’avais 16 ans, elle voulait me relooker avant de partir, pantalon moulant, plate-forme…résultat je me suis pris une super gamelle en rentrant en boîte, tout le monde se moquait de moi, la honte de ma vie, surtout quand t’arrives avec tes copines en mode craneuses (expression des années 90 😂).
    Deux ans plus tard, soirée en boîte, moi haut noir, jeans, converses et en face le père de mon fils, ça fait bientôt 20 ans.
    Et oui avec l’age je crois qu’on donne de moins en moins d’importance au regard des autres tout simplement parce que on a plus confiance en nous, en nos choix et surtout parce qu’on a plus le temps de se prendre le choux avec ça, d’autres choses plus importantes remplissent notre temps et notre coeur.
    Gros bisous😘

  53. mathilde mlc
    2 décembre 2019 / 10 h 32 min

    mais ce texte… wow ca laisse plasse à la réflexion !
    Vraiment Sandrea ne t’arrête pas d’écrire!

  54. Sabrina BELARBI
    2 décembre 2019 / 13 h 57 min

    Donc je l’ai cherchée, désespérément, pendant très longtemps. Dans la musique, dans l’art, dans la mode, dans le maquillage, dans un groupe de personnes, et surtout dans une personne en particulier.
    En quelques phrases, tu as tracé l’histoire de ma vie… Je rêve du jour où je vais arrêter de me chercher, du jour où je vais pouvoir être moi

  55. 2 décembre 2019 / 16 h 35 min

    Coucou Sandrea,

    Je rejoins la majorité des autres commentaires : ton article est très juste. Et jee retrouve beaucoup en lui. Aujourd’hui je ne pourrais pas dire que je sais qui je suis car ce n’est pas le cas. Mais j’espère un jour y arriver, tout comme toi.

    Merci pour tes mots 💜

  56. Elise
    2 décembre 2019 / 16 h 37 min

    Merci pour ton partage! Je m’en suis rendue compte, il y a peu et la maternité m’a confirmé tout ça! Je suis plus sûre de moi et de qui je suis.
    Toujours un plaisir de te lire!

  57. Sweet Neliel
    2 décembre 2019 / 17 h 31 min

    Et oui avec l’âge on acquière la sagesse et surtout on se soucie moins du regard des autres, la trentaine est un cap particulier car on est entre les jeunes et les quarantenaires, donc des fois pas évident de savoir ou se mettre, mais je dirais que c’est super aussi car on a la maturité, on profite tous en mieux et nos gouts s’affinent( je parle de chaussures, mode, make-up et culinaire, ahahaha). C’est fou comme je repense à mon enfance et jeunesse jusqu’à mes 30 ans en fait, j’ai passée aussi ma vie a essayer de faire comme toi me fondre dans un moule, mais comme toi à l’aube de mes 35 ans je me fiche complétement du regards et l’avis des autres, c’est libérateur, je me découvre en femme battante (tu dois connaitre un peu la situation en France), qui aime aider les gens dans la misère, et qui aussi une maman. Bref assez parlé de moi, j’aimerais un jour te rencontrer selon ou tu viens en France car en fait on a déjà 2 choses en communs (si si) : les chaussures et le make-up^^!! Plus sérieusement tu a l’air adorable comme femme, accessible et drôle et ça serait un plaisir de te rencontrer. Un gros bisou ma belle et c’est toujours un plaisir de te suivre dans tes aventures vidéos et blog, on a la sensation d’être comme à la maison avec un bon plaid et de lire un super livre. Bref un plaisir de te lire continues.

  58. Mathilde S.
    2 décembre 2019 / 19 h 18 min

    Ce genre d’article est tellement libérateur, il permet de se sentir moins seule et surtout de se rendre compte que d’autres personnes pensent comme nous…
    On a l’impression d’être différente, anormale mais de toute manière où est la normalité?
    Il faut se libérer des préjugés et du regard des autres, etc… Plus facile à dire qu’à faire.
    Être soi et en accord avec soi-même sont deux choses extrêmement compliqués.
    Malgré mes 34 ans, je me cherche encore; me compare sans arrêt aux autres (toujours beaucoup plus belles, avec une peau parfaite, etc…) mais après on peut se demander si ces personnes ne ressentent pas la même chose que nous en se comparant elles aussi?
    La vie est compliquée et devoir se battre tous les jours peut vite être épuisant et démoralisateur… Mais il faut tenir bon. En espérant qu’un jour la vie nous sourira. Enfin moi, je l’espère.
    Merci pour ce blog, cela est un complément parfait à ta chaîne youtube et ton insta.
    Tu as bien fait de te lancer dans ce projet.

  59. SophieG
    2 décembre 2019 / 21 h 11 min

    « La meilleure façon de se perdre c’est de se chercher dans les autres » c’est une très belle métaphore et très juste aussi. Pendant longtemps, je ne me suis pas non plus sentie à ma place, nulle part, et par contre, ça m’a fait me sentir très seule. Je me sens toujours différente mais j’ai décidé de changer de point de vue et de me dire que c’est aussi ce qui fait qui je suis, et ça rend la vie un peu plus douce 😊
    Merci d’avoir partagé to ressenti avec nous 💖

    • Sandrea
      Auteur
      4 décembre 2019 / 6 h 35 min

      Et tu es différente, c’est ce qui fait ton importance! <3

  60. Jo
    2 décembre 2019 / 21 h 51 min

    Merci pour cette article Sandrea, je ne pensais pas m’y retrouver autant. J’ai passé toute ma vie à essayer de plaire aux autres. J’ai toujours pensé qu’il fallait rentré dans le moule et être comme tout le monde quitte à mentir et surtout me mentir à moi-même. C’est toujours douloureux de se prendre le mur et de devoir ce créée une carapace qui ne nous représente pas. C’est encore plus douloureux lorsque l’on se rend compte que ceux qui nous entoure ne nous laisse pas être qui nous voulons être.

    J’ai toujours eu la chance d’avoir le soutien de ma famille mais j’ai jamais trouvé de porte de sortie la où je suis née. Quand j’ai déménagé à Londres, je pensais pouvoir tout réinventer, me chercher. Au finale je me suis juste trouve. Moi qui ne me cache plus d’être accro à la kpop, au rock et au robe basket parce que c’est bien plus confortable et je m’aime comme ça parce que c’est moi.

    • Sandrea
      Auteur
      4 décembre 2019 / 6 h 35 min

      Merci à toi de mn’avoir lu, ça me fait tellement plaisir de lire tout vos retour sous cet article. Je suis contente que tu as le soutiens de ta famille, c’est pareil pour moi, c’est une chance inouïe que nous avons toutes les deux. Je te fais des bisous et merci d’etre Sur le blog et de me suivre!

  61. 3 décembre 2019 / 0 h 28 min

    Juste magnifique 😭😭😭je me retrouve tellement dans tes écrits mais je suis encore au niveau de « je cherche qui je suis » merci beaucoup pour tes écrits qui me touchent en plein cœur❤️❤️

  62. Johanna Lemoine
    4 décembre 2019 / 11 h 16 min

    Salut Sandrea
    Cet article me touche tout particulièrement car je me suis retrouver dans la même situation pendant mes années de collège et de lycée. Je suis souvent chercher car les autres n’aimaient comment je m’habillais car je n’était pas  » à la mode » selon eux. Cela m’a fait du mal pendant un temps car je n’avais pas beaucoup d’amis et le peu que j’avais me faisait des réflexions. Puis un jour j’en ai eu marre et je voulais être moi-même alors j’ai fais ce que je voulais. Maintenant je suis en 3ème année à la fac et ça vas beaucoup mieux. Mon chéri, avec qui je suis depuis 4 ans, me soutient dans ce domaine en me précisant assez souvent que c’est pour moi que je le fais et pas pour les autres.
    Je me retrouve beaucoup dans tes articles ce qui fait du bien de ne pas se sentir seul. Je suis comme toi une fan d’escarpins qui sont très présent dans ma collection de chaussures. J’espère un jour pouvoir te rencontrer pour pouvoir te dire de vive voix que tu es une belle personne et que tu dois continuer à faire ce qu’il te plait pour être bien dans tes basket ( petite référence chaussures désolée j’ai pas pu m’empêcher!!)Sache tu es un exemple pour moi car tu m’as permis d’ouvrir les yeux sur pas mal de chose et je change en fonction de mon envie et de mon ressentie. Si ça me vas je continue comme je faisait et si ça vas plus je change pour me sentir mieux.
    C’est toujours un vrai plaisir de te lire. Prends soin de toi et merci à toi pour ta joie de vivre!!

  63. 6 décembre 2019 / 18 h 02 min

    Encore un magnifique article de notre super Sandrea, un article avec un fond plein de vérité. Pas toujours facile de se sentir soi même et de se sentir à sa place, j’en fais les frais au quotidien. Mais tes mots sont rafraîchissant, ils me rendent heureuse et me remontent le moral, merci! Cela me fait penser à l’article que j’avais écrit, sur mon ancien blog, à propos du fait qu’on trouve le bonheur une fois sorti de notre zone de confort et une fois qu’on se rencontre soi-même. On a parfois du mal à se trouver mais un jour on y arrive tous!

  64. Alison
    15 décembre 2019 / 9 h 51 min

    Merci infiniment pour cet article. Il résonne au fond de moi infiniment. Encore plus ce matin, avec mon café à la main…. Je m’interrogeais sur mon image, ce que je renvoyais aux autres parce qu’hier j’avais eu encore cette même boucle relationnnelle… Ce même schéma qui se répète. Et en faite non, il ne s’est pas répété exactement de la même façon… J’ai tenue tête et posé mes conditions. Je suis peut être perdue sur la personne que je suis mais je sais au moins ce que je ne veux plus et c’est ma victoire.
    Merci pour cet article. Sans lui, je n’aurais peut-être pas réalisé le chemin parcouru…

  65. Eloïse
    17 décembre 2019 / 10 h 32 min

    Hi Sandrea,
    Quel plaisir de lire ces mots, ces mots qui ont une forte résonance pour moi. J’ai 24 and et j’ai toujours été ce qu’on voulait que je sois et non pas qui je suis vraiment. Tout simplement car notre société veut nous faire rentrer dans un moule. Mais il y a peu à force de ne pas être moi même (constat qui a été fait avec du recul bien sûr lol) je me suis retrouver au plus bas à ne plus être en accord avec moi même et les autres surtout , j’ai donc entamé une thérapie avec une professionnelle formidable qui m’a beaucoup aidé . Et aujourd’hui j’ai dit STOP, je suis qui je suis et je suis bien plus heureuse comme ça en arrêtant de me poser des questions sur ce que les gens attendent de moi, « je ne te plait pas, ou ne rentre pas dans tes case. I don’t care ! » et cela m’a fait un bien fou ! Je suis heureuse comme ça fait très longtemps que ne l’ai pas été ! J’entreprends de nouvelle chose, je me lance dans la vie ! Dans ma vie et quel bonheur de ne plus avoir ce frein!

  66. 18 décembre 2019 / 20 h 43 min

    Je m’identifie beaucoup dans cet article que tu as écrit. Je me suis cherchée longtemps autrefois (peut-être même encore un peu aujourd’hui), et ton texte m’a rappelé le harcèlement que j’ai vécu à l’école, au lycée. La peur d’être trop différente, d’être trop joviale. Être cataloguée pour des choses que tu n’as pas faite, ou d’être responsable de choses qui ne te concernaient pas, étaient difficiles à supporter. Aujourd’hui je suis devenue plus forte, même si parfois les mauvais souvenirs remontent à la surface et me font me sentir mal… J’espère un jour pouvoir officiellement tourner la page pour un autre chapitre beaucoup plus inspirant et beau.

  67. Corrine
    18 décembre 2019 / 22 h 56 min

    J’aime ce que tu partages avec nous. Tu es très inspirante. Merci pour tout 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *